Recherches

Je m’intéresse surtout à trois sujets :

  • Les motivations des traducteurs
  • La localisation de sites Web
  • Les réseaux de traduction

Les motivations des traducteurs

Quelles sont les motivations des traducteurs qui aident à diffuser des oeuvres controversées, polémiques ou révolutionnaires à un nouveau public ? Comment se comparent ces motivations et celles des éditeurs ? Que se passe-t-il quand les éditeurs, les traducteurs et les autres agents ne partagent pas les mêmes motivations pour diffuser une traduction ?

Des entrevues avec des traducteurs anglophones et francophones m’aident à étudier les facteurs qui ont contribués à la traduction des essais controversées, polémiques et révolutionnaires rédigés au Canada par des écrivains tels que Mordecai Richler and Pierre Vallières. La question suivante est importante : Quand une oeuvre polémique en faveur de l’indépendance du Québec est écrit en français pour les québécois, pourquoi est-elle traduite vers l’anglais ? Quand une oeuvre rédigée en anglais se moque des politiciens, des institutions et de la législation du Québec francophone, pourquoi est-elle traduit vers le français ?

Par l’analyse des paratextes tels que les préfaces et les couvertures, je peux effectuer une comparaison entre les motivations des traducteurs et celles des éditeurs ou des autres agents. Je pourrai, par conséquent, déterminer à qui on avait ciblé le livre lors de sa publication.

La localisation de sites Web

L’un de mes intérêts principaux est l’analyse des sites Web localisés, surtout ceux ciblés aux anglophones et aux francophones canadiens. Mes projets actuels et futurs portent sur:

  1. Les sites Web localisés et l’altérité
  2. L’altérité est éliminée quand un site Web comprend les images ou les symboles nationaux du marché cible. Quels effets ceci pourrait-il avoir sur le public du marché cible ? La localisation est-elle toujours nécessaire, surtout quand les différences entre les publics sont minimes?

  3. Les sites Web localisés et les symboles nationaux
  4. Les symboles nationaux sont-ils ajoutés très souvent aux sites Web localisés ? Que veut dire ces symboles quand ils sont intégrés dans un site Web localisé ?

  5. Les sites Web localisés et l’identité nationale
  6. Quand un site Web est localisé pour le Canada français/anglais, comment dépeint-on le pays à travers les images et le texte inclus dans le site ? Comment les couleurs, les images, et les mots préparés pour les sites Web canadiens démontrent-ils les valeurs et les préoccupations des Canadiens ? Quelles sont ces valeurs ?

Les réseaux de traduction

Mes projets de recherche sur les réseaux de traduction portent sur divers aspects de l’interaction et de la collaboration entre traducteurs par le biais des réseaux. Mes projets actuels et futurs portent sur:

  1. Catégorisation des réseaux de traduction
  2. Les réseaux diffèrent selon l’aspect de la traduction sur lequel les acteurs mettent l’accent: la profession, la pratique, l’éducation ou la recherche. Quelles sont les variables qui affectent la structure et la composition de ces réseaux

  3. Liens forts et faibles dans les réseaux
  4. En étudiant la participation active et passive des membres de réseaux de traduction tels que translatorscafe.com et Proz.com, j’ai pu déterminer comment ces liens peuvent influencer la communication entre traducteurs

  5. L’éthique et les réseaux de traduction
  6. En examinant les codes de déontologie des réseaux de traducteurs professionnels, on peut déterminer quels aspects de la traduction semblent avoir besoin des lignes directrices morales. Mon projet de recherche implique l’étude de ces codes professionnels et de l’éthique des réseaux de pratique en ligne pour en faire une comparaison. En examinant les commentaires des membres qui participent aux forums de discussion, je peux ainsi décider comment les valeurs des traducteurs varient d’une région à l’autre, et d’un réseau à l’autre.

  7. La compétence et les réseaux de traduction
  8. Vu que presque toute la communication entre les membres des réseaux de traduction en ligne et entre les bloggeurs et leur lectorat se fait par le biais des ordinateurs, les traducteurs peuvent démontrer leur compétence et évaluer la compétence des autres en écrivant des messages ou des blogues. Comment ces messages et ces blogues démontrent-ils la compétence ? Quelles compétences les bloggeurs et les membres des réseaux semblent-ils considérer les plus importantes ? Quelles sont les différences entre la manière dont la compétence est vue par les bloggeurs et la façon dont elle est définie et évaluée par les associations professionnelles telles que l’ATA ou l’OTTIAQ?